Comprendre et Traiter la Couperose, la Rosacée et l'Acné :

La couperose, la rosacée et l'acné sont des affections cutanées courantes affectant principalement le visage. Bien qu'elles partagent certaines similitudes, notamment des rougeurs et des inflammations, elles ont des causes et des traitements distincts. Une approche médicale adaptée est essentielle pour gérer efficacement ces conditions.

Sommaire

La Couperose et la Rosacée : une seule et même maladie vasculaire du visage

La couperose est le premier stade de la maladie connue sous le nom de rosacée érythémato-télangiectasique ; elle se caractérise par des « flushs » (bouffées de chaleur) et des rougeurs persistantes et l'apparition de petits vaisseaux sanguins visibles sur le visage.  

On parle de rosacée papulo-pustuleuse lorsque surviennent les stades suivants de la maladie, avec des boutons et des papules, ressemblant à de l'acné. 

Mais ce n’est pas une acné.

Causes et Facteurs Déclenchants

Cette maladie est liée à une anomalie anatomique vasculaire du visage. La veine angulaire centro-faciale, située derrière le nez dans une zone difficilement accessible, doit drainer l’ensemble du visage et faire redescendre le sang dans le corps pour éviter l’échauffement éventuel du cerveau (organe qui supporte le moins la montée en température). Dans certains visages (certaines familles), cette veine est sous-dimensionnée par rapport au volume de tissus qu’elle doit drainer. Il en résulte une rétention de sang dans le visage, qui peut être accentuée sur certaines zones (pommettes, menton ou nez par exemple), provoquant alors des rougeurs permanentes et une vasodilatation permanente entraînant un effet « marécage de sang » préjudiciable à la flore cutanée locale et à la bonne oxygénation des tissus. Cette situation conduit peu à peu à des « boutons », qui ressemblent à des boutons d’acné mais n’en sont pas (il n’y a pas d’atteinte du follicule pilosébacé dans la rosacée). 

 Les déclencheurs communs incluent les changements de température, la consommation d'alcool ou d'aliments épicés, le stress et l'exposition au soleil.

Traitement de la Couperose et de la Rosacée

Le traitement vise à traiter la cause en « drainant » le territoire vasculaire mal drainé. Cela ne peut se faire qu’avec des lasers vasculaires et des lumières à action sur les vaisseaux sanguins, qu’il faut soit détruire soit réduire selon le cas. 

Il vise également à éviter l’inflammation et la surinfection et à prévenir les poussées de « boutons ».  

 Les options incluent : 

  • Lasers vasculaires (laser à colorant pulsé, laser Yag, BlueDermaLaser ou K-Laser, LED ou IPL en luminothérapie)  
  • Traitement homéopathique à visée anti-inflammatoire et anti-infectieuse personnalisée 
  • Crèmes et gels topiques pour réduire l'inflammation et les rougeurs. 
  • Antibiotiques oraux pour les formes les plus résistantes ou pendant les poussées.

L'Acné : une affection inflammatoire et d’origine hormonale, à prédisposition héréditaire

L'acné est caractérisée par l'apparition de boutons, comédons (« points noirs ») et kystes, principalement sur le visage, le cou, les épaules et le dos. Elle est en général liée à des changements hormonaux, en particulier à l'adolescence, mais peut persister ou apparaître à l'âge adulte.

Causes et facteurs déclenchants de l’acné 

Contrairement à la rosacée (parfois improprement appelée « acné rosacée »), l’acné rétentionnelle et inflammatoire n’est pas une maladie vasculaire mais une maladie du follicule pilo-sébacé. 

C’est la glande sébacée, productrice du sébum permettant au poil de « glisser » le long du conduit (appelé l’infundibulum pilaire), qui produit un sébum anormal et anormalement abondant. Cette poche de sébum gonfle et écrase les tissus environnants, provoquant là encore une rétention qui fait le lit des bactéries aimant ce sébum et produit une inflammation. La bactérie qui se développe sur ce sébum est appelée « Propionibacterium acnei » et elle est sensible aux tétracyclines, un antibiotique dont l’effet est également anti-inflammatoire. 

 Les kystes sont les poches de sébum anormal créés à partir de la glande sébacée ; s’ils sont ouverts à la surface de la peau, le sébum qu’ils contiennent s’oxyde au contact de l’air et devient noir, ce qui produit le « point noir » que l’on peut enlever en pressant de chaque côté du conduit excréteur ; on voit apparaître alors le « ver de peau », qui n’est autre que le « boudin » de sébum resté enkysté dans le conduit externe de la glande et du kyste. 

Les glandes sébacées des personnes sujettes à l’acné (prédisposition individuelle génétique) sont anormalement stimulées par les androgènes, hormones mâles apparaissant à la puberté (même chez les filles, mais en faible quantité), qui les transforment en kystes et microkystes. Ce sont les récepteurs aux androgènes dans ces glandes qui deviennent hypersensibles : leur seuil de déclenchement de la sécrétion de sébum est anormalement bas. 

D’autre part, l’épiderme des personnes sujettes à l’acné est anormalement épais, ce qui favorise aussi la rétention du sébum et la pullulation des bactéries entraînant l’inflammation. 

Enfin, l’inflammation est favorisée par la consommation excessives d’aliments riches en graisses animales et en hydrates de carbone. 

 

Traitement de l’Acné

La gestion de l'acné implique toujours une combinaison de traitements pour agir sur les différents facteurs déclenchants : 

 

  • Nettoyants et médicaments topiques pour réduire l’épaisseur de l’épiderme et la quantité de sébum et de bactéries sur la peau. 
  • Médicaments par voie orale pour agir sur les récepteurs aux androgènes et sur les bactéries responsables de l’inflammation (homéopathie et/ou tétracyclines) ; l’utilisation des contraceptifs oraux chez la femme, si elle s’avère souvent spectaculaire dans un premier temps, se conduit au bout d’environ 7 à 8 années (moins chez certaines femmes prédisposées génétiquement) comme un androgénostimulant et au contraire, elle provoque alors de l’acné. Nous conseillons de rester très prudents dans l’utilisation de la contraception orale comme traitement de première intention de l’acné chez les adolescentes. 
  • L’isotrétinoïne (anciennement « Roaccutane ») : cette molécule a révolutionné le traitement de l’acné rétentionnelle et particulièrement celui des acnés cicatricielles sévères. Cette molécule a pour effet de diminuer la sécrétion des glandes sébacées (mais aussi des autres glandes semblables dans notre corps, comme les glandes lacrymales, salivaires ou encore les glandes sécrétant la synoviale des articulations, le foie, le pancréas ou l’hypophyse).  
  • Cette molécule est tératogène, ce qui signifie qu’elle entraîne obligatoirement des malformations graves chez le bébé à naître en cas de grossesse pendant le traitement. U avortement thérapeutique est alors obligatoire.  
  • Son efficacité spectaculaire sur l’acné et les microkystes, ainsi que sur l’apparition de cicatrices, peut être définitif chez certains, mais parfois perdure pendant un ou deux ans, puis il y a récidive, même avec des doses adaptées. 
  • Les lasers et machines spécifiques pour l’acné : pour toutes ces raisons, nous utilisons au Centre Laser Rive Gauche des appareils susceptibles de réduire le volume des glandes sébacées, comme le ferait l’isotrétinoine, mais sans effets indésirables,associés à des machines agissant sur l’inflammation. Nous cumulons ainsi l’effet « isotrétinoine » avec l’effet « antibiotique » par des machines sans danger. 

  

Conseils Généraux pour la Prévention et le Soin

  • Adopter une routine de soins de la peau douce et adaptée. 
  • Éviter les facteurs déclenchants connus, comme certains aliments ou le stress. 
  • Protéger sa peau du soleil avec un écran solaire adapté. 

 

Il est important de consulter un dermatologue pour un diagnostic précis et un plan de traitement personnalisé. Chaque condition peut varier considérablement d'une personne à l'autre, nécessitant une approche sur mesure.